En mémoire de Raphaël Sévrin

Le témoignage de quelques unes des nombreuses personnes qui l'ont côtoyé dans ses engagements.

Raphaël Sevrin est décédé au terme de 92 ans de vie, dont un bon nombre mises au service des autres, ici et au loin. Voici le témoignage de 4 amis parmi les nombreux qui ont croisé sa route, que nous pouvons lire en pensant à son épouse et ses enfants, tant de tels engagements résonnent dans la vie de famille…

Jean-Marie Rausenberger, pour l’ACO du diocèse de Cambrai :

Raphaël Sévrin nous a quittés le 30 janvier dernier.
Membre de l’Action Catholique Ouvrière depuis de nombreuses années avec Thérèse, Raphaël a
fait partie de l’équipe de l’ACO diocésaine de Cambrai qui a mis en route le Chantier Migrants
Diocésain ACO le 7 novembre 2009.
Depuis cette date, il a été l’un des rédacteurs fidèles de l’Info Migrants ACO qui parait 3 fois par
an.
Voilà ce qu’il écrivait dans celui de décembre 2015, et qui est plus que jamais d’actualité :
« Résister !
C'est le mot qui me vient spontanément à l'esprit en ces temps difficiles.
Un mot qui est de toutes les époques quand des hommes et des femmes se sont levés pour refuser
l'inacceptable qui prétendait nous submerger.
C'était le cri de lutte contre les idéologies destructrices qui voulaient nous asservir.
Ce fut le cri lancé par Stéphane Hessel après l'horreur des camps '' Indignez vous ''.
C'est le cri lancé de Bangui par le pape François pour inviter chacun à résister '' à la suggestion du
démon agissant en ces temps de conflits, de haine et de guerre, pour entraîner notre monde à
l'égoïsme...''.
Alors, ouvrons notre coeur à la Miséricorde !
Ce cri est aussi le nôtre aujourd'hui dans nos vies d'humains et de croyants:
- Rejeter la violence qui engendre la haine.
- Refuser les amalgames qui conduisent à chercher des boucs émissaires dans les populations les
plus vulnérables , particulièrement les migrants.
- Dénoncer les discours populistes qui conduisent à la haine.
-Manifester notre solidarité avec les réfugiés, les migrants, avec tous ceux que la précarité écrase.
Résister au nom des valeurs humaines que nous partageons avec tous croyants et non-croyants, mais
aussi très profondément au nom de notre foi en la Parole de Jésus. »
Merci, Raphaël, pour ton engagement en ACO et auprès des migrants, notamment au Cercle de
Silence de Valenciennes..
Tu restes présent dans nos coeurs.
 

Jean Marc Bocquet : Une sensibilité à fleur de cœur, une force de conviction qui rassemble les gens de bonne volonté.

                   " Raphaël, Une sensibilité à fleur de coeur, avec, au milieu, une force de conviction qui rassemble les gens de bonne volonté. A l'affût des misères et des détresses qui prolifèrent à quelques pas de chez nous. Midi Partage, le conseil municipal, l'ACO, le quartier de la Pépinière...Ingénieur, il était solidaire de tous ceux dont la dignité était bafouée. S'il râlait, c'est qu'il souffrait avec ceux qui souffrent. Avec Thérèse, il formait un couple rayonnant.

Chercheur de Dieu, il avait pour son Eglise un amour vigilant et exigeant . Veillons sur les graines qu'il a semées: elles nous promettent la joie et la paix, elles révèlent le visage du Christ ."

 

Marité Colpart : Un homme de convictions, épris de justice. 

J'ai eu l'occasion de rencontrer Raphaël et de travailler avec lui. Je le considère comme un personnage important dans mon parcours . C'est un homme  de convictions, épris de justice. 

Quand j'évoque Raphaël, je pense forcément à Thérèse. Ils sont indissociables dans tous les engagements de leur vie de famille et de militance. 
J'ai connu ses coups de gueule quand les choses n'allaient pas assez vite. J'ai connu ses coups de coeur quand, au cours d'une réunion, nous nous sommes cotisés pour acheter des tentes pour les migrants. Il en a pleuré. Je ne vais pas citer tout ce j'ai vécu avec lui. Ce serait trop long. C'est simple, Raphaël était partout où on peut dire "il a aimé en actes !" Un témoin de l'amour du Christ !

 

 

Claudine Lanoé : Un homme engagé pour construire un monde plus juste.

Raphaël m'a accueillie au début des années 80, dans l'équipe CCFD de Saint - Saulve. J'étais alors très éloignée de l'Eglise. C'est cette équipe locale qui a été mon lieu d'évangélisation. J'ai découvert un homme engagé pour construire un monde plus juste. Il a été président diocésain du CCFD. Sa figure est inséparable pour moi de celle de Thérèse, sa femme. Les Sevrin était un couple engagé . Le dernier combat de Raphaël a été celui des droits des exilés, en particulier des sans papiers,  puisqu'il a fondé le cercle de silence de Valenciennes. Le 6 février, j'étais à Calais. Après l'hommage aux migrants morts à la frontière franco-britannique, j'ai pu rendre hommage à Raphaël. Il a beaucoup compté dans ma vie de chrétienne engagée. Une belle figure de la diaconie . Je retiendrai de lui sa capacité  d'indignation. Il ne supportait pas l'injustice et ne se résignait jamais. Octogénaire , il allait à la rencontre des gens avec ses tracts , lors des cercles de silence. Il expliquait, inlassablement ,que les droits de tous devaient être respectés.

 

Le CCFD lui rend aussi hommage sur sa page, cliquez ici

Article publié par Délégué épiscopal auprès des mouvements et associations de fidèles • Publié le Mercredi 28 février 2024 - 10h58 • 226 visites

keyboard_arrow_up